12
Déc

5 CONSEILS POUR LANCER SA MARQUE

Lancer sa marque de mode est une aventure passionnante, mais aussi une démarche exigeante qui demande réflexion et organisation. Vous avez des idées géniales de vêtements, d’accessoires, de collections ? Il vous reste désormais à bâtir une stratégie pour les concrétiser dans les meilleures conditions. Voici 5 conseils pour donner toutes ses chances à votre nouvelle marque. Lancez-vous !

1. ÊTRE RÉALISTE EN DÉMARRANT PETIT

Le plan de collection, qui détermine les produits que vous allez proposer, est une étape incontournable mais pas toujours évidente. En effet, la plupart des créateurs fourmillent d’idées et rêvent de toutes les réaliser. Le premier des conseils, c’est donc de rester réaliste et raisonnable, en gardant à l’esprit que vous ne pourrez pas forcément tout faire dès le début. L’étendue de votre collection dépendra de votre budget, or il est vraiment risqué de se lancer avec une collection trop volumineuse et trop complexe. Il s’agit en réalité de trouver le juste milieu.
Si vous prévoyez trop d’articles, ce seront autant de modèles à créer, de prototypes à financer, de fournisseurs à gérer, de stocks à entreposer, et cela sans que personne ne vous connaisse encore. Inversement, il est délicat de se prétendre « marque de vêtements » avec un seul article (à moins qu’il ne soit tout à fait innovant). L’idéal, c’est de ne pas trop se disperser dans votre première collection. Ainsi, vous pourrez tester vos fournisseurs, appréhender votre marché et bien comprendre le processus de fabrication avant de multiplier les références.
Pour démarrer du bon pied, privilégiez l’une des deux solutions suivantes :

. Sélectionner un produit phare
Miser sur un produit phare consiste, par exemple, à ne mettre en collection que des sacs à dos en toile. Vous développez alors une forme et la déclinez en différentes couleurs ou options. Vous êtes perçu comme le spécialiste du sac en toile, ce qui incitera les clients à se tourner naturellement vers vous. Votre travail est également simplifié, puisque vous avez moins de frais de développement à prévoir et moins de fournisseurs de confiance à trouver. Ensuite, il vous faudra juste trouver l’inspiration pour donner du choix à vos clients en élargissant votre gamme.

. Commencer par une silhouette
Par exemple, si votre ambition est de créer une marque de sport et que votre budget est limité, commencez par un haut et un bas pour avoir un ensemble. En effet, il est moins coûteux de décliner un top en 2 ou 3 couleurs ou motifs que de créer 3 tops aux formes différentes. La base et la matière seront les mêmes, et la personnalisation permettra de proposer du choix au client. Et s’il vous reste un peu de budget, vous pouvez compléter votre silhouette par des accessoires : chaussettes, sac, casquette, etc.

2. PENSER AU TIMING, ESSENTIEL DANS LE PRÊT-à-PORTER

Pour lancer sa marque, il faut tenir compte des délais nécessaires à la création d’une collection. En réalité, il s’écoule souvent plus d’un an entre le premier croquis et la mise en vente. Il y a en effet des étapes importantes à respecter pour créer une collection :

• Analyse des tendances (dans les salons professionnels, notamment)
• Composition de la gamme (couleurs, matières, etc.)
• Réalisation des croquis de collection
• Rédaction des fiches techniques
• Cotation par les fournisseurs
• Fabrication d’un prototype et corrections
• Fabrication des premières pièces conformes
• Précommandes, démarchage des points de vente
• Production en série et mise sur le marché

Autant de passages obligés qui demandent du temps, surtout lorsque l’on veut faire les choses bien ! Chaque jour compte si vous ne voulez pas arriver sur le marché avec un temps de retard. Établissez un rétro-planning ambitieux mais réaliste, pour y voir clair dans l’avancement de votre démarche et le temps nécessaire à la mise en place de votre projet.

Par ailleurs, n’oubliez pas qu’il y a des saisons pour la commercialisation. Avant d’être vendue en boutique (ou en ligne), votre collection doit d’abord être pré-vendue aux commerçants. Or on présente une collection d’été dès le mois d’août ou le mois de septembre de l’année qui précède, et une collection d’hiver en janvier ou en février, toujours avec près d’un an d’avance.

Tenez compte de cette indispensable anticipation : si vous prospectez de potentiels revendeurs trop tard, vous aurez investi du temps et de l’argent inutilement. Les plus précautionneux disent qu’une collection s’imagine avec 18 mois d’avance. Un tél délai vous permet de procéder sereinement et d’avoir un peu de marge pour faire face aux éventuels contretemps. En d’autres termes : faites preuve de patience et d’organisation !

3. COMPOSER SON ÉQUIPE, BIEN S’ENTOURER

Aussi bonne soit votre idée initiale, vous n’avez probablement pas toutes les compétences pour la concrétiser seul et maitriser parfaitement chaque étape du projet. Sites spécialisés (fashionjobs, Viadéo, LinkedIn, etc.), sollicitations de votre réseau, bouche-à-oreille… Tous les moyens sont bons pour vous entourer des meilleurs spécialistes. Ne négligez évidemment pas cette partie : lancer sa marque demande aussi de créer une équipe. Plus vous réunissez de compétences autour de vous, et plus vous donnez à vos produits une chance importante de connaitre le succès !

Si lancer sa marque a tout d’une aventure individuelle sur le papier, il s’agit bien plus souvent d’une réalisation collective, pour laquelle plusieurs savoir-faire et métiers sont mobilisés :

• Un(e) styliste : il/elle créé vêtements ou accessoires. S’il présente évidemment des talents de dessinateur et une grande créativité, le bon styliste n’en est pas moins un professionnel de l’habillement conscient des réalités économiques et techniques qui accompagnent la réalisation d’un modèle.

• Un(e) modéliste : le ou la modéliste est en fait le maître d’œuvre de la réalisation d’un vêtement ou d’un accessoire. C’est lui qui, à partir d’un croquis, se charge de réaliser le patron correspondant (on parle de patronage) et d’élaborer le prototype qui servira de base à la fabrication en série.

• Un(e) responsable de production : sa mission consiste à superviser tout le processus de fabrication de vos produits. C’est l’aboutissement de votre projet, et donc une étape très importante durant laquelle processus, méthodes, matières, qualité et délais de réalisation doivent être scrupuleusement vérifiés.

• Un(e) commercial(e) : son rôle est essentiel, puisque c’est lui/elle qui va se charger de trouver des débouchés pour vos produits. Il prospecte les acheteurs potentiels après un premier ciblage, et négocie avec les futurs revendeurs les modalités de commercialisation de votre collection.

• Un(e) spécialiste du web : il/elle va vous aider à exploiter tout le potentiel offert par le web en vous accompagnant dans la création d’un site et/ou d’une boutique en ligne, mais également dans vos problématiques de référencement et le développement de votre marque sur les différents réseaux sociaux, en fonction des publics que vous ciblez.

• Un(e) responsable administratif(ve)/ comptable : la plus belle des collections aura du mal à voir le jour sans un vrai travail de gestion. Pensez à vous entourer d’une personne dont c’est la spécialité et qui saura vous accompagner dans votre paperasse, votre compta et vos différentes démarches.

4. PRÉVOIR UN BUDGET SUFFISANT

Bien sûr, c’est un aspect essentiel de tout lancement de marque. Vous devez savoir sur quel budget vous pouvez vous appuyer pour savoir où vous pouvez aller. Faites d’abord le point sur vos ressources financières et déterminez le montant que vous pouvez allouer à votre projet de création de marque. S’il s’agit de votre activité principale, tenez également compte de votre rémunération – ou plutôt de votre absence de rémunération, au début ! – et estimez pendant combien de temps vous pouvez tenir sans contrepartie financière. Un lancement s’accompagne de dépenses, alors qu’il faut patienter au moins 18 mois avant d’enregistrer les premières rentrées d’argent.

Lancer sa marque n’est possible qu’avec un financement : soit vous disposez de fonds propres, soit vous sollicitez des fonds en demandant un prêt à votre banque, en prospectant auprès d’investisseurs ou encore en optant pour un financement participatif via les plateformes de crowdfunding. Dans tous les cas, un budget détaillé doit être élaboré préalablement à toute autre démarche. Estimez votre capital de départ au plus juste, en tenant compte non seulement de la production de votre collection mais également :

• De la création d’une société et d’un logo
• Du dépôt de votre marque à l’INPI
• De la création des modèles, des patrons et des prototypes
• Des prestataires à rémunérer (comptable, modéliste, webdesigner, etc.)
• Des frais de livraison et de stockage
• Des taxes et des coûts fixes
• De la publicité et des différents outils de communication, indispensables pour faire connaitre votre marque (site web, mais aussi boutique en ligne, publicités sur Facebook, relations presse, mailings, etc.)

Le coût d’une première collection est extrêmement variable. Le logo est à ce titre un bon exemple : selon qu’il est dessiné gracieusement par un ami graphiste ou imaginé par une agence, son prix peut aller de 0 à plusieurs milliers d’euros ! Gardez également à l’esprit qu’une fabrication à l’étranger peut s’avérer économique, mais sans oublier qu’elle s’accompagne de frais de douane et de livraison. Tenez-en compte dans vos projections financières.
Ceci étant, ne soyez pas découragé par avance à cause d’un budget limité. On peut lancer sa marque avec 3000 € en sélectionnant des articles spécifiques, peu chers et faciles à produire en petite quantité. Si vous disposez d’un apport personnel supérieur ou que vous obtenez un financement de la banque, vous pourrez envisager des créations plus évoluées et/ou un plan de collection plus complet. Dès lors que vous êtes convaincu(e) de votre idée de départ, ne laissez pas ces aspects budgétaires refréner votre détermination : vous trouverez, à force d’efforts, d’échanges et de réflexion, des solutions pour réaliser des économies et rentrer dans votre budget.

5. SOIGNER L’IMAGE DE SA MARQUE ET DE SON CRÉATEUR SUR LE NET

Lancer sa marque, c’est aussi utiliser tous les canaux disponibles pour communiquer. Votre présence sur le web est donc impérative. Mais attention à vous en servir à bon escient et à ne pas négliger cette partie de votre projet. La e-réputation est aujourd’hui primordiale aux yeux des clients potentiels, surtout lorsque le public que vous ciblez est ultra-connecté. Si vous créez un site internet, dites-vous qu’il doit être pensé et entretenu comme un magasin : on doit s’y retrouver facilement, apprécier l’esthétisme, voir des produits bien mis en valeur pour déclencher l’acte d’achat, etc.
Le site de votre marque sera sa véritable vitrine virtuelle. Il doit être très pro, proposer du contenu de qualité (qu’il s’agisse des visuels, des textes ou des éventuels services en ligne), et refléter le plus fidèlement possible l’esprit de votre marque. Aujourd’hui, l’importance du net et de la présence d’une marque en ligne est telle qu’il faut accepter d’y investir du temps et de l’argent. N’hésitez pas à faire intervenir des professionnels dans les étapes que vous ne méprisez pas, qu’il s’agisse du web design, du référencement ou encore du shooting photo qui servira à illustrer votre site.

Un site internet réussi, c’est bien mais pas suffisant : pensez aussi aux réseaux sociaux, d’autant qu’ils proposent désormais, à l’image de Facebook et Instagram, des solutions de vente directes. Ils sont en tout cas incontournables, et ont l’avantage considérable d’être gratuit, en tout cas dans leur formule de base. Créer et alimenter une page Facebook, un compte Twitter ou un compte Instagram demande du temps, des idées et une certaine maitrise des « codes » (interactions avec des comptes partenaires, utilisation raisonnée des hashtags, choix d’une fréquence de publication suffisante mais pas débordante, etc.). Mais cela n’induit pas d’investissement majeur. Il serait donc dommage, pour ne pas dire très risqué, de se passer de ce formidable vecteur de communication !

Propos recueillis par Marie Houssiaux auprès de Laureline Michel, fondatrice du studio conseils et formations Stone-wash.fr